PICTO_RECHERCHE_vert_fonce.png
PICTO_LETTRE_blanc.png
PICTO_LIKE_blanc.png
PICTO_BIO_blanc.png
PICTO_CALENDRIER_blanc.png

CE MOIS-CI À LA UNE

Retour sur le campagne Courgette 2020

La filière a bénéficié d’une consommation active et de cours soutenus malgré les aléas climatiques.

Agreste vient de publier son enquête de conjoncture pour la campagne Courgette 2020. Malgré des situations localement mitigées, retour sur une belle saison portée par une offre plus soutenue et par des prix plus élevés que la moyenne des dernières années. Ce qu’il faut retenir… pour bien préparer la nouvelle campagne !

L’effet ‘Covid’ active la consommation et soutient les cours
Effet collatéral de la crise sanitaire de la Covid-19, les consommateurs ont privilégié la cuisine maison. Confinés dès le 17 mars, en télétravail, subissant la raréfaction de l’offre RHF… Les ménages ont jeté leur dévolu sur les légumes frais et locaux de saison. Un phénomène qui a contribué à maintenir les prix de vente de la courgette à un bon niveau pendant une grande partie de la campagne 2020. Ainsi, au mois d’avril, la courgette affichait un cours historiquement élevé. Même constat en fin de saison, mais dans une moindre mesure toutefois. En octobre, la baisse significative des volumes de production voit les prix s’envoler : + 58% par rapport à 2019 et + 14% par rapport à la moyenne du mois d’octobre des 5 dernières années.

Un volume stable malgré des aléas climatiques localisés
Les bassins du Sud-Est et du Sud-Ouest fournissent plus de 60% de la production nationale de courgette. Les régions du Sud-Est ont ouvert le bal dès le mois d’avril, tandis que l’Aquitaine entrait en production en mai. La campagne 2020 a été marquée par des aléas climatiques localisés, responsables d’apports irréguliers et de fluctuation des cours. Ainsi, la fraîcheur de juin puis des épisodes caniculaires ont considérablement impacté la production sur ces périodes. Tout comme l’humidité automnale qui a favorisé la recrudescence d’attaques virales et la dégradation sanitaire de certaines cultures. Mais globalement, la production de courgette est restée stable, en plein champ (86%) comme sous serre (16%). Agreste enregistre une évolution  assez peu significative des volumes avec une augmentation de 4% par rapport à 2019 et une diminution de 2% sur la moyenne des cinq dernières années. 
Dans son document de conjoncture, Agreste souligne une tendance à l’augmentation des surfaces de production de courgette, de l’ordre de + 5% par rapport à la moyenne annuelle 2015 - 2019.

 

Allonger la durée de production
Pour répondre à la demande, notre pays importe entre novembre et mai plus de 120 000 tonnes de courgette, principalement d’origine espagnole. D’où l’intérêt de vous proposer des variétés maraîchères de qualité adaptées à ces conditions précoces et tardives, et productives tout au long de leur cycle. Nos programmes de recherche vont dans ce sens. 

Source : Agreste Conjoncture - Infos Rapides Légumes N° 2020-180
Parution du 18/12/2020
https://www.agreste.agriculture.gouv.fr/agreste-web/disaron/IraLeg20180/detail/

 

Retrouvez nos articles des mois précédents

Lingodor (J132) : évolution sur la planète Courgette

La courgette Lingodor (J132) est une amélioration variétale très prometteuse. Elle n’est pas seulement gourmande et dorée : sa durée de conservation est particulièrement précieuse. Un atout avéré qui ouvre de nouvelles perspectives pour les producteurs et les professionnels de la distribution alimentaire.

Gautier Semences a enregistré des avancées significatives dans la conservation de la courgette avec sa nouvelle référence Lingodor (J132), une amélioration variétale remarquable. En effet, les tests réalisés traduisent une durée de conservation significativement supérieure aux standards du marché avec 100% de fruits commercialisables à 7 jours et 80% de fruits commercialisables à 10 jours. Le taux de fruits tâchés ou marqués est bien inférieur aux moyennes en vigueur.

Résultat, une durée de commercialisation plus longue, une nette diminution du taux de perte et une contribution appréciée à la lutte contre le gaspillage alimentaire.

Les plants Lingodor (J132) sont également vigoureux et productifs, tout en offrant une belle résistance à l’oïdium et aux virus WMV, CMV, ZYMV et PRSV. Une polyvalence qui fait de cette variété une option de tout premier plan dans la gamme des courgettes jaunes, pour les cultures sous abri comme de plein champ. À noter que cette référence est disponible en semences conventionnelles et en semences biologiques.

 

Un courgette séduisante pour le consommateur

Sans renier son engagement prioritaire en faveur du goût, Gautier Semences s’est attaché à développer la capacité de la courgette Lingodor (J132) à maintenir après récolte sa brillance, sa coloration homogène et sa fermeté. Avec sa couleur jaune vif, Lingodor (J132) attire l’œil sur les étals. Sa forme cylindrique régulière et facile à éplucher séduit les consommateurs, tout comme sa durée de conservation dans le bac à légumes du réfrigérateur. Son goût subtil fidélise les gourmets. Autant d’attraits qui font de Lingodor (J132) une courgette très bien adaptée aux attentes du marché.

Une nouvelle année, de nouvelles histoires à écrire ensemble

Produire de bons légumes, c'est une question de partage, de collaboration et de confiance.

A partir de nos graines, les producteurs, les distributeurs et les consommateurs créent des produits inspirants, des recettes savoureuses et des moments de vie à partager.
Nous, Gautier Semences, sommes le début d’un récit auquel chacun apporte sa contribution pour en faire de belles réussites, de grandes histoires.

Meilleurs vœux pour 2021 !

L’AIM a publié son bilan de campagne Melon 2020

Quelques semaines après la fin de la campagne Melon 2020, l’AIM (Association Interprofessionnelle du Melon) a publié un document de synthèse qui propose une analyse de la saison 2020. Nous vous proposons ici un point sur les grands enseignements présentés dans ce document.  

•      La campagne a été marquée par des événements forts, dont la pandémie de COVID-19 qui a impacté l’organisation du travail aux champs et en stations dès les plantations et jusqu’à la fin de la saison. L’absence d’un melonnier français historique a eu un impact notoire sur les volumes de melons français disponibles. 

•   Les conditions météorologiques de la saison 2020 n’ont pas été particulièrement favorables autant d’un point de vue production que d’un point de vue consommation.
o    L’hiver a été plutôt chaud et pluvieux, avec un fort ensoleillement
o   Le printemps a été doux malgré deux pics de refroidissement (fin mars et fin mai) peu favorables aux jeunes plants de melons. 
o    L’été, quant à lui, a été chaud et sec avec une faible pluviométrie. 

•     Si les productions du bassin Sud-Est ont été disponibles dans les délais habituels, les productions du Centre-Ouest et du Sud-Ouest ont été plus tardives que d’habitude, créant un début de campagne plus lent. 

•    La pénurie historique de melons entre la mi-juillet et la mi-août est un des points marquants de cette campagne, engendrant une hausse des prix très importante. Ces éléments sont représentés dans le graphique ci-dessous : 
 

•    Au global, la campagne aura été marquée par une baisse des volumes de -25% par rapport à la moyenne quinquennale et -16 % par rapport à 2019. Ces difficultés d’approvisionnement en fruits ont maintenu un niveau de prix relativement élevé par rapport aux moyennes habituelles. D’ailleurs, aucun jour de crise conjoncturelle n’a été déclaré en 2020, contre 5 jours en 2019 et 14 jours en 2018.

En conclusion, nous pouvons parler d’une campagne qui a cumulé des évènements peu ordinaires : la pandémie de COVID-19 et son impact sur l’organisation du travail en production et en distribution, un approvisionnement laborieux en début de saison du fait de la météo, et des volumes largement inférieurs aux autres années. On note cependant une très bonne qualité gustative tout au long de la campagne, qui a permis de stimuler la demande de la part des consommateurs.
 

Source : AIM, « Bilan de campagne 2020 » 10/11/2020

Zoom sur la consommation de légumes par les Français

Au mois de juin, nous partagions avec vous un premier bilan de l’impact de la crise sanitaire sur la consommation de fruits et légumes en France. L’article que nous vous proposons aujourd’hui s’inscrit dans la continuité de cette analyse, afin d’identifier l’évolution des tendances.

 

Nous savons que la période de confinement a créé un véritable boom dans la consommation de légumes frais par les français, alors que la tendance de long terme depuis 2016 était plutôt à la baisse (voir graphique ci-dessous).

Parmi les produits frais, le rayon des fruits et légumes est celui dont les ventes ont le plus progressé pendant le confinement. Mais qu’en est-il sur le long terme ? Cette tendance va-t-elle s’installer dans les nouvelles habitudes des français ?

Achat de légumes (volume) par les français, tous circuits

La situation de crise que nous traversons engendre une forte sensibilité au prix de la part des consommateurs. Au début de l’été, le prix était le critère d’achat n°1 pour les français.  Cependant, les consommateurs affirment vouloir inscrire dans la continuité certaines habitudes de consommation expérimentées lors de la période du confinement. Parmi les items les plus largement cités, on retrouve le fait-maison, les approvisionnements en produits locaux et la consommation de produits bio.

                                

A fin août 2020, on observe que le budget annuel moyen consacré aux légumes frais est en augmentation significative : +17% par rapport à la même période en 2018. Une hausse qui semble confirmer que les français pérennisent leur intérêt pour les légumes frais.

Au sein de cette évolution positive de la consommation de légumes, on observe que certaines espèces et typologies progressent de façon plus prononcée. C’est le cas de la laitue romaine, des tomates cerises, des tomates côtelées et des tomates diversité, pour lesquelles on constate une évolution supérieure à l’évolution moyenne de la catégorie légumes frais. Des espèces qui représentent donc des opportunités.

On s’aperçoit qu’il existe des disparités importantes dans la consommation des français selon les espèces : s’ils sont 95% à consommer des tomates fraîches, seuls 75% d’entre eux ont pour habitude d’acheter des courgettes. Les français consomment en moyenne 7,4 kg de melon par foyer et par an, ce qui n’est pas négligeable compte tenu de la forte saisonnalité de cette espèce. En termes de fréquence d’achat, la laitue se situe juste derrière la tomate avec une moyenne de 14,3 achats par foyer et par an.

En conclusion, on observe que les nouveaux modes de vies expérimentés au cours de l’année 2020 comme le télétravail, la réduction de la prise de repas hors domicile et la montée en puissance du flexitarisme sont autant de facteurs qui contribuent à la croissance des ventes de légumes frais. A date, il est trop tôt pour se prononcer sur la pérennité de cette tendance, que nous continuerons de suivre de près au cours des mois à venir.

 

 

Sources : 

Kantar pour Gautier Semences, « Les légumes Frais retrouvent le frigo des ménages Français : feu de paille ou tendance pérenne ? » - 28 septembre 2020

Linéaires n° 371, septembre 2020

Notre partenariat estival avec Julie Andrieu !

Tout au long de l’été, la journaliste culinaire et animatrice télé Julie Andrieu s’est inspirée des tomates cerises Piccolo de Gautier Semences pour proposer des recettes gourmandes aux accents Méditerranéens !

Le goût unique et les arômes savoureux des tomates cerises Piccolo permettent de les associer à de nombreux ingrédients et d’imaginer une infinité de recettes. Leur texture ferme et croquante est appréciable lorsqu’elles sont dégustées crues en apéritif ou en salades, mais pas seulement ! Cette texture unique permet une excellente résistance à la cuisson : elles n’éclatent pas et conservent ainsi tous leurs arômes.

Tomate cerise Piccolo

Julie Andrieu a imaginé pour nous plusieurs recettes créatives qui subliment la tomate cerise Piccolo et permettent de révéler toutes ses saveurs. Tous les détails des recettes et de leurs ingrédients sont accessibles en cliquant sur les liens ci-dessous :

Bonne découverte et bon appétit !​

Focaccia aux Piccolo, olives noires et pancetta

Papillotes de pâtes aux Piccolo et courgettes à la sauge

Frites de polenta et œuf poché aux Piccolo rôties

Rôti de bœuf aux tomates cerises, citron et romarin

Le point sur les campagnes Laitue, Tomate et Melon en France

L’Agreste, agence nationale de statistique agricole, publie régulièrement des données concernant les campagnes de production en cours. Nous vous proposons dans cet article une analyse des campagnes de Laitues plein champ, Tomates et Melons, à partir de données publiées au mois de juillet 2020.
 

Nous sommes au cœur de la campagne des Laitues de plein champ qui s’étend de Mai à Septembre. A ce jour, l’Agreste constate un recul de 6% concernant les surfaces cultivées, et estime la production totale de la campagne à 237 millions de têtes, soit 2% de moins que pour la campagne 2019. Les prix sont plutôt élevés, de +6% par rapport à la moyenne des cinq dernières années. Au mois de juin, un écart de prix de +13% a été constaté par rapport à juin 2019. Pour autant, la demande reste faible en particulier de la part des collectivités et de la restauration en raison de la crise du COVID-19, ce qui promet une campagne incertaine.

Du côté de la Tomate, les surfaces de cultures sont stables mais les estimations des volumes de production de la campagne 2020 sont en baisse de -4% par rapport à la campagne 2019. La commercialisation reste difficile en raison des conditions climatiques du début de l’été qui ont ralenti la demande. Les tomates petits fruits, qui connaissent habituellement un grand succès pendant la période estivale, ont d’ailleurs débuté la saison avec des prix au plus bas.

 

Pour le Melon, le total des surfaces cultivées en France s’élève à 11 900 ha pour cette campagne. L’Agreste confirme donc un recul des surfaces d’environ 5% par rapport à l’année dernière. On constate en parallèle une bonne productivité avec des récoltes en hausse de 8%, une performance non négligeable compte tenu du recul des surfaces. Le pic de production a été atteint à la mi-juillet. Le début de la campagne a eu lieu en Juin comme les années précédentes, mais a été perturbé par une météo peu engageante pour les consommateurs ainsi que la concurrence des productions Espagnoles. Cela a entraîné un niveau de prix peu élevé pour le début de la campagne, mais qui reste supérieur à la moyenne des cinq années précédentes. 

De façon générale, les surfaces de cultures connaissent une légère baisse mais la productivité est satisfaisante. La crise sanitaire du COVID-19 continue d’impacter la consommation, notamment en raison du recul de la restauration hors domicile qui continue d’être constaté en cette période estivale. Nous serons en mesure de faire un bilan de campagne au cours des semaines à venir.
 

L’impact de la crise sanitaire sur la filière fruits et légumes

L’épidémie de COVID-19 a perturbé tous les acteurs des Fruits & Légumes dès le début du mois de mars. De nombreux secteurs d’activité ont fonctionné au ralenti en début de crise en raison de la perte de débouchés comme la restauration et les collectivités. Après une période de flottement, l’activité du secteur est repartie à la hausse, boostée par une demande très dynamique de la grande distribution alimentaire.

 

Impact sur la production et la mise à disposition des produits

Après la crise fraise-asperge du mois de mars, la consommation des fruits & légumes a été très soutenue, notamment grâce à la prise du déjeuner à domicile. En effet, 16% des français ont déclaré acheter plus de légumes pendant le confinement*. La demande accrue, couplée à d’autres facteurs tels que les coûts de transport et de main d’œuvre en hausse, ont entraîné une inflation des prix au mois de mars (voir graphique ci-dessous).

Il est important de noter la popularité des fruits & légumes pré-emballés qui ont offert une réponse rassurante sur l’aspect sanitaire.

Source : Kantar COVID-19 Monitor, Evolution des comportements et implication pour les marques

Les circuits qui ont profité de la crise

La hausse des achats alimentaires a profité au circuit online (+83%**) qui était jusqu’alors peu utilisé par les Français pour l’alimentaire. Les magasins de proximité ont également bénéficié de la crise avec une activité en hausse de 59%** par rapport à la même période en 2019. On constate également une forte sensibilité au prix pendant la crise et par conséquent une croissance plus forte pour les produits vendus sous marque de distributeur.

 

La montée en puissance de la demande de produits d’origine Française

Pendant la crise, l’agriculture française a bénéficié d’un patriotisme économique encouragé par le gouvernement et fortement relayé par les médias. L’origine du produit prend de plus en plus d’importance pour les consommateurs qui ont profité de cette pause pour réfléchir à leurs choix de consommation. Au-delà du soutien économique aux producteurs français, les produits d’origine France apportent plus de garanties en termes de qualité, de fraîcheur et de confiance. En sortie de crise, 75% des consommateurs déclarent vouloir d’acheter plus de produits locaux et 53% privilégieraient la vente directe aux producteurs**.

Ces comportements ont été observés pendant le confinement, nous restons attentifs à l’évolution de ces tendances au cours des mois à venir afin de comprendre s’ils s’inscrivent ou non dans la pérennité.

 

Le Bio

Le Bio fait partie des secteurs pour lesquels la crise a eu un impact positif. En effet, les produits Bio, tous circuits de distribution confondus, ont été fortement plébiscités car ils sont perçus comme plus naturels, plus sains et plus responsables, des valeurs qui se sont accentuées pendant le confinement.

 

Evolution des comportements

Durant la crise, les français ont découvert de nouvelles façons de consommer: le fait-maison, le local, les circuits courts, le Drive, l’achat en direct aux producteurs, le Bio... autant de pratiques qui pourraient s’inscrire dans la continuité. Au total, 69%*d'entre eux pensent que la crise sanitaire aura un impact durable sur leur consommation de produits alimentaires. Des perspectives positives pour la filière des fruits et légumes.

 

Sources :

* Opinionway, « Les français et la consommation de produits alimentaires pendant le confinement », Avril 2020

**Kantar COVID-19 Monitor, Evolution des comportements et implication pour les marques (vague 4)

Découvrez comment nous travaillons le goût

Chez Gautier Semences, il nous tient à cœur de proposer les légumes les plus savoureux du marché, une démarche dans laquelle s’engage l’ensemble de nos collaborateurs et qui façonne notre travail au quotidien. Nos équipes assurent une veille permanente sur la consommation des fruits et légumes afin d’anticiper l’évolution des besoins et des attentes des consommateurs.

 

Nos sélectionneurs apportent une attention particulière aux critères gustatifs dans leurs travaux de sélection variétale. Cette démarche est renforcée par la conduite d’études gustatives menées par un panel de collaborateurs experts, formés à la dégustation. Ce groupe évalue les produits en suivant une méthodologie de dégustation précise. Chacune des variables descriptives du goût comme la saveur, les arômes ou la texture sont analysées et notées. Un travail précis et indispensable aux sélectionneurs.

 

En complément, nos équipes Marketing réalisent des études en externe afin de recueillir l’avis des consommateurs à propos de nos variétés commerciales et pré-commerciales. Des laboratoires d’analyse sensorielle indépendants organisent ces tests* dont les résultats statistiques nous permettent de comparer les atouts gustatifs de nos variétés aux témoins du marché.

 

Récemment, notre nouvelle variété de tomate cerise jaune C591 Starlor a été soumise à ces tests consommateurs et a obtenu d’excellents résultats :

Les consommateurs sont conquis par C591 Starlor qui présente un profil gustatif très complet. Son goût est très apprécié car il associe intensité aromatique, sucre et une juste touche d’acidité. La texture séduit les consommateurs car elle associe croquant et jutosité. Sur tous les critères, C591 Starlor a été jugée de façon très positive, et significativement supérieure au témoin de marché. Des résultats qui nous permettent d’envisager un avenir prometteur pour cette nouvelle variété.

Très tôt, chez GS nous nous sommes positionnés sur l’aspect gustatif de nos produits et l’avons pleinement intégré dans nos processus de travail car nous sommes convaincus que les produits aux meilleures qualités gustatives auront toujours la préférence des consommateurs.

*Etude réalisée par l’agence indépendante Terralia en Juin 2020 auprès de 103 consommateurs français dont les profils répondaient aux critères suivants :

  • Sexe : 60% de femmes et 40% d’hommes

  • Âge : répartition reflétant la pyramide des âges de la France

  • Catégories Socio Professionnelles diverses dont 60% d’actifs

  • Origines géographiques variées

  • Consommateurs de tomates fraîches au moins deux fois par mois en saison

  • Habitudes d’achats : 60% des consommateurs interrogés achètent leurs tomates en GMS et 40% en circuits courts

Les fruits présentés pour ce test étaient issus du même producteur et récoltés le même jour.

Les analyses statistiques ont donné des résultats hautement significatifs pour l’ensemble des tests réalisés.

Le journal L'Agriculteur Provençal met en avant les Laitues d'abri Gautier Semences

Suite à une interview de notre Chef de Produit Laitue, Valentine TRINQUIER, le journal L’Agriculteur Provençal a consacré un article aux Laitues d’abri Gautier Semences, une espèce emblématique de notre gamme.


L’article met l’accent sur le fait que nous sommes en permanence à l’écoute des attentes de la filière afin de proposer les meilleures variétés sur l’ensemble des créneaux de production. En effet, l’introduction de variétés présentant de nouvelles résistances est un axe prioritaire dans nos programmes de recherche afin de pouvoir lutter efficacement contre le Bremia et d’autres bio-agresseurs (puceron, Fusariose, tâche orangée…). ​


Notre Recherche a pour objectif de proposer du matériel fiable, diversifié et qui sécurise la production. Cet engagement nous permet de présenter des variétés particulièrement intéressantes pour la culture en Bio. ​

Vous retrouverez dans l’article quatre nouvelles variétés que nous proposons : ​

  • En Batavia blonde pour le créneau automne et début de printemps, Imanis H1265, la protection intégrale Bremia, Fusariose et puceron​

  • En Laitue pommée pour le créneau automne et printemps, Etincel, votre bouclier Bremia pour le cœur de saison​

  • En Laitue pommée pour le créneau hiver, A1375 pour affronter le Bremia et le puceron en toute sécurité​

  • En Rougette, Rafale G1246 avec sa présentation attractive, sa couleur rouge intense et ses multiples atouts ​

Pour en savoir plus, consultez notre catalogue Laitues d’Abri 2020 et n’hésitez pas à contacter votre référent commercial habituel. ​

Cliquez ici pour retrouver l’intégralité de l’article « Gautier Semences, de la sécurité en toute saison » par Emmanuel Delarue – L’agriculteur Provençal, 17 avril 2020 

© 2016 by M.E.C.S.